Comment punir les chiens ?

Si vous voulez punir votre chien parce qu’il a montré un comportement indésirable, vous devez être prudent. Les sanctions peuvent rapidement se retourner contre vous si elles sont mal appliquées et aggraver encore la faute commise. Les conseils suivants vous indiqueront comment utiliser correctement les sanctions.

L’objectif de la punition est en fait d’empêcher certains types de comportement. Si vous voulez punir votre chien, il faut de l’habileté. Si la punition arrive trop tard ou est trop sévère, faites fuir votre chien. Dans les cas extrêmes, le lien et la confiance dans la relation homme-chien en souffrent, votre compagnon à quatre pattes a peur de vous ou devient agressif. Si la punition est trop légère, votre compagnon animal ne comprendra pas qu’il fait quelque chose qu’il n’est pas autorisé à faire.

Punir le chien : le timing compte

Le succès d’une sanction dépend essentiellement du bon moment. La réprimande ou l’ordre d’annulation (“Off”, “Non”, “Beurk”, etc.) doit être donné en même temps que la faute. Une sanction ultérieure peut entraîner une faute. Par exemple, si vous appelez votre quadrupède et qu’il ne vient vous voir qu’après un certain délai, vous ne devez pas le gronder. Sinon, il associera l’arrivée avec vous à de la colère et non à une réaction tardive à votre rappel. Ce décalage peut conduire à ce que votre chien ne réponde pas du tout au rappel parce qu’il pense qu’il sera puni pour être venu vous voir.

Les chiens n’agissent pas par malveillance

Avant de punir votre chien parce qu’il ne se comporte pas comme vous le souhaitez, réfléchissez aux raisons possibles. Les chiens se comportent toujours de manière à ce que cela soit le plus agréable possible pour eux. Ils ne font pas cela pour vous ennuyer ou parce qu’ils ont des motifs malveillants et méchants, mais parce que c’est leur nature. Par exemple, si votre chien n’obéit pas à un ordre, ne vous écoute pas ou fait quelque chose qu’il n’est pas censé faire, ce n’est pas un jeu de pouvoir pour vous défier. Au contraire, il n’a pas encore compris que le comportement souhaité en vaut la peine pour lui. Ou il n’a pas compris quel est le comportement souhaité.

Conseils pour une bonne réprimande

Une bonne éducation ne vit pas seulement d’éloges et de récompenses, mais aussi de reproches appropriés. Distrayez votre ami à fourrure de sa mauvaise conduite en lui donnant un ordre de licenciement, un geste spécifique ou un autre signal pour l’arrêter. Restez toujours calme et parlez d’une voix ferme et profonde. Choisissez des ordres courts et concis dont votre chien se souvient bien et qui se distinguent clairement des autres ordres.

Par exemple, “Off !”, “Non !” ou “Ugh !” Un “Kss !”, un battement de main ou un sifflet peuvent également servir de commande de démolition. Il est important que les commandes sonnent toujours de la même façon et aient toujours la même signification. Soyez patient et cohérent lorsque vous apprenez les ordres à votre chien. Il est préférable de diviser les leçons en unités d’enseignement courtes et simples et d’augmenter le niveau de difficulté étape par étape. Dès que votre compagnon à quatre pattes a compris quelque chose, vous pouvez augmenter le niveau de difficulté d’un niveau.

Conseil : proposez toujours à votre chien une alternative aux comportements indésirables. Par exemple, s’il mordille vos chaussures, interrompez son comportement indésirable avec votre signal d’interruption et donnez-lui plutôt un jouet à mâcher.

Punir et récompenser le chien : interaction entre la réprimande et l’éloge

Alterner entre punition et récompense dans le dressage des chiens. Les comportements désirables sont renforcés, les comportements indésirables sont punis. Il existe deux possibilités de renforcement et de punition :

● Renforcement positif

● Renforcement négatif

● Sanctions positives (directes)

● Sanctions négatives (indirectes)

“Positif” signifie que quelque chose est ajouté. “Négatif” signifie que quelque chose est enlevé. Avec le renforcement positif, votre chien recevra une récompense s’il se comporte comme souhaité. Par exemple, il reçoit une gâterie ou est félicité lorsqu’il vient vous voir sur rappel. Le renforcement négatif signifie que quelque chose qui est désagréable pour le chien est résolu. Par exemple, si vous l’emmenez en promenade et qu’il tire sur la laisse, vous vous arrêtez. Dès qu’il se détend et qu’il lâche la laisse, vous passez à autre chose. Il apprend : “si j’arrête de tirer sur la laisse, la promenade est beaucoup plus amusante.

Une punition positive signifie que quelque chose de désagréable est ajouté si votre chien se comporte mal. Par exemple, si vous le voyez lever sa jambe à l’intérieur de l’appartement, dites “Beurk” ou tout autre signal d’abandon clairement et distinctement. Une punition négative est donnée si vous enlevez quelque chose d’agréable à votre chien. Par exemple, vous pouvez l’ignorer et lui retirer votre attention s’il demande trop d’attention.

Sanctions pour les chiens : n’ayez jamais recours à des méthodes de formation aversives !

Attention ! La punition positive peut être une affaire délicate si elle n’est plus seulement désagréable pour votre chien, mais si elle lui inflige de la violence ou de la douleur, voire le blesse. Il s’agit de méthodes de dressage dites aversives qui peuvent profondément perturber et effrayer votre compagnon animal. Il en résulte des problèmes de comportement qui peuvent aller des troubles de l’anxiété à la dépression et à l’agressivité.

Vous devez absolument éviter les “aides” suivantes lorsque vous entraînez votre chien :

● Collier étrangleur

● Collier à pointes

● Battements

● roar

● Jeter des objets sur les chiens

● Tir de lin (peut entraîner des blessures au larynx !)

● Intimidation

● “Alpha Litter” (jeter le chien par terre)

● Chien de dépression

● Manche de muselière

Comment reconnaître les symptômes d’une hernie discale chez un chien ?
Conseils sur la demande d’attention de son chien